J’ai la poisse en voyage…mais j’insiste et je repars quand même (5/6) 2


Quelques mots sur l’auteure – Pascale Luca :
J’ai découvert que j’aimais voyager à 26 ans, lorsque sur un coup de tête je suis partie avec des amis un mois en Indonésie. C’était il y a plus de 11 ans, et depuis j’ai refait mon sac à dos chaque fois que je le pouvais, malgré un tempérament anxieux et une peur irrationnelle de l’avion. Au rythme d’un ou deux voyages par an j’ai accumulé beaucoup de bons souvenirs. Et, comme tout le monde, j’ai connu quelques galères, parfois cocasses, parfois stressantes, mais qui se sont toujours bien terminées. J’espère réussir à vous faire sourire en vous les racontant ici.

 

Episode 5 : Au Japon, on a hésité entre typhon et tremblement de terre

 

J’avais bien compris au Bélize et au Guatemala que les ouragans et les inondations ça n’arrive finalement pas qu’aux autres. Mais au Japon la saison des typhons commence le 15 août, et on avait prudemment fait en sorte de rentrer juste avant. Malgré tout, j’avais quand même une légère appréhension, qui s’estompe au fil du voyage.

 

Depuis notre arrivée deux semaines auparavant, on en prend plein les yeux, les oreilles, et les papilles. Même ma mère ne parvient pas à gâcher mon voyage : pourtant, elle m’envoie par mail des photos d’inondations apocalyptiques et d’immeubles qui s’effondrent suite à des glissements de terrain… à Taiwan !

Après être allés jusqu’à Hiroshima, nous revenons vers Tokyo et faisons un dernier arrêt à Kyoto. On y a déjà passé quelques jours la semaine précédente, mais on ne s’en lasse pas. On a réservé dans un ryokan, les maisons traditionnelles japonaises, avec les paravents, les tatamis, les structures en bois. Une mamie japonaise en kimono nous accueille avec un grand sourire. Elle ne parle pas anglais, nous ne parlons pas japonais, nous communiquons par gestes. Elle nous montre notre chambre, et au moment de nous laisser, nous dit en souriant et en s’incliant : « Hi hi hi, tomorrow typhoon ». Comment ça « typhon » ??? « But, it’s dangerous » lui dis-je aussitôt. « Hi hi hi, we will see tomorrow. Typhoon ». OK, la soirée ne s’annonce pas zen !

 

On trouve un cyber café, un site météo et on constate qu’un typhon a effectivement l’air de se diriger vers Kyoto. J’ai bien peur que le ryokan ne résiste pas, j’ai en tête l’image de la maison en bois des 3 petits cochons. On demande plus d’info à l’accueil du cyber-café, et coup de bol, le jeune japonais qui est là parle anglais. Il surfe un moment et nous rassure : le typhon va passer sur la mer, au large de Kyoto, aucune alerte sur la ville.

 

Bon autant dire que ma nuit n’a pas été très sereine. Mais je finis par m’endormir et quand j’ouvre les yeux le lendemain, grand soleil. Ouf. On fait nos sacs, on descend, et là, on plonge dans la 4e dimension. La mamie japonaise nous accueille avec son grand sourire et ses courbettes : « Hello. Hi hi hi, no thyphoon. Hi hi hi. Earthquake ». Hi hi hi. » Quoi, « Earthquake » ?! C’est une caméra cachée ou quoi ?

Un peu perplexes tout de même, nous partons à la gare et découvrons une scène surréaliste : tous les trains sont en retard, ce qui est absolument inconcevable au japon. On lit les messages d’annonce, en anglais, qui expliquent que suite à un tremblement de terre entre Kyoto et Tokyo le trafic est perturbé. Il y a donc bien eu un tremblement de terre finalement, mais à Kyoto, on n’a rien ressenti.

 

Conclusion : les deux derniers jours à Tokyo, j’ai quand même eu peur qu’il y ait des répliques, avec cette angoisse totalement stupide : que se passe-t-il si la terre tremble pile au moment où notre avion décolle ? (oui, je sais, c’est totalement idiot comme question, mais ça m’a quand même travaillé !)

 

Ceci dit, ça ne m’a pas empêchée de faire quelques chouettes photos.

 

     

 

A bientôt pour le dernier épisode !

Pascale

 


Laissez un commentaire

2 commentaires sur “J’ai la poisse en voyage…mais j’insiste et je repars quand même (5/6)